mercredi 10 décembre 2008

CINE : TERMINATOR : SALVATION



Après un teaser diffusé en juillet dernier, la première bande-annonce de Terminator : Salvation vient enfin d'être dévoilée il y a quelques heures. Le film se déroule entièrement après le fameux Jugement Dernier et raconte les premières années de la guerre contre les machines, avant la conception du T-800 (le modèle incarné par Schwarzenegger dans les trois premiers films).

La bande-annonce montre une partie des éléments que greffe le film à la mythologie Terminator : Marcus Wright, un mystérieux personnage amnésique dont le dernier souvenir est sa condamnation à mort (et que Connor soupçonne d'être un T-800, d'après le trailer) ; le T-600, plus imposant et lent que le T-800 et pourvu d'une mitrailleuse lourde ; des motos Terminators ; des camps de prisonniers que Skynet utilise pour étudier les humains ; et surtout un Terminator géant d'une quinzaine de mètres qu'on croirait sorti d'un dessin animé japonais !

McG, connu pour... Charlie et ses drôles de dames, réalise le film. Difficile, dès lors, de ne pas douter du projet... sauf que le bonhomme semble sincèrement passionné par son sujet, et assisté par des collaborateurs de premier ordre : le légendaire Stan Winston a travaillé sur le design et les effets spéciaux des créatures avant de mourir, Conrad Buff (Terminator 2, yeah !) se charge du montage, et le charismatique Christian Bale incarne John Connor.

McG affirme avoir privilégié l'histoire et les personnages, et perfectionné quotidiennement le scénario avec Bale lors du tournage. Il souhaite créer un long-métrage d'"une grande ampleur mais possédant les nuances et le sous-texte d'un film indépendant de haute qualité"... Ce qui constitue une manière compliquée de dire qu'il s'agira d'un bon film, fidèle aux qualités des précédents. Rappelons en effet que des thèmes puissants (libre-arbitre, auto-destruction de l'humanité, holocauste nucléaire...) ont toujours innervé la saga et que les trois premiers Terminator sont des films indépendants (on pourrait ajouter que l'étiquette "indépendant" a perdu de son sens depuis que les majors ont établi leurs propres filiales pseudo-"indépendantes", mais passons).

En tout cas, la bande-annonce suggère une mise en scène assurée, ne cédant pas au surdécoupage et aux effets "capturé sur le vif" exagérés qui affligent certains blockbusters hollywoodiens : plans assez longs, caméra mobile sans être perpétuellement tremblotante... Espérons toutefois que le classement PG-13 que vise le film ne nuise pas à sa rugosité, les précédents Terminator étant classés R. McG défend ce choix en citant Batman Begins, un autre PG-13 filmé selon lui "sans compromis" (un argument valable) et prétend que le film "passe en premier" et sera "protégé à chaque instant".

En attendant la sortie française de Terminator : Salvation en juin 2009, nous patienterons grâce à la série The Sarah Connor Chronicles, qui a dépassé nos plus fous espoirs spongieux. Tous les thèmes pressentis dès le pilote (notamment le processus d'apprentissage des machines au contact des humains) s'avèrent exploités avec une intelligence épatante.

Les pistes et enjeux se multiplient, les personnages se révèlent bien plus complexes qu'il n'y paraît, les dialogues sont tranchants, les scénaristes savent manifestement où ils vont (selon l'acteur principal, ils ont déjà défini l'intrigue globale des cinq premières saisons !) et, fait trop rare dans une série télé, la mise en scène offre parfois de vraies idées de cinéma (un long plan filmé depuis le fond d'une piscine où un Terminator jette un à un les corps des policiers qui l'attaquent). Evidemment, des scènes ou épisodes faibles voire ridicules subsistent, mais le niveau de qualité global surprend.

Malheureusement, les chiffres d'audience décevants risquent d'entraîner l'annulation du show après la fin de la seconde saison, actuellement diffusée aux Etats-Unis et téléchargeable en VO sous-titrée en français aux adresses habituelles. Quoi qu'il en soit, aucun amateur de Terminator digne de ce nom ne peut snober cette série remarquable.

6 commentaires:

Sax Power a dit…

C marrant tes réserves sur le PG13, car y avait eu exactement le même
débat quand T2 est sorti, dans Mad Movies notamment, où JPP avait mis
3 sur 6 en disant en substance : "on a sacrifié la noirceur et la
violence du 1 à un élargissement familial ou le Terminator s'excuse de
tuer des gens et ou on voit jamais de sang, le tout avec un gamin
super branché avec son tshirt rap et son guns n roses"... c'était pas
faux mais ça faisait pas pour autant de T2 une daube. Et je te parle
pas de la parentée dénoncée avec la guerre chirurgicale de Bush père
en Irak, quand le T800 cible les swat blessés lors de l'assaut de
Cyberdine en indiquant "casualties : 0"... Comme quoi les débats et
réserves sur les films qui sortent, c bien joli mais ça vaut rien face
à l'essence cinématographique d'un film.

Blog l'éponge a dit…

Haha, pour être plus équitable j'ai ajouté des propos de McG qui défendent de manière assez convaincante le PG-13 du film. Mais on est bien d'accord, si le film est bon, c'est pas bien grave... J'espère simplement que le film ne sera pas trop aseptisé, car les éclairs de violence graphique ont une vraie importance dramatique : bien utilisés, ils augmentent la tension et les enjeux. Ainsi, le spectateur a réellement l'impression que les personnages sont en danger et risquent leur vie. C'est plus difficile de transmettre ce sentiment dans un film d'action en ayant uniquement recours au hors-champ ou en ne montrant que des égratignures ^^

Gersende a dit…

Je serai curieux que tu m'expliques en quoi le 3ème opus de Terminator est un film d'auteur (ahem, bon courage).

Blog l'éponge a dit…

J'vois pas le rapport entre "film d'auteur" et ce que j'ai écrit ? Je parle de "thèmes puissants" et de "cinéma indépendant" -et je pense ne pas avoir besoin de te rappeler qu'un film indépendant est un film qui n'est pas financé par les grands studios, ce qui est le cas des trois premiers Terminator, eh oui !

Par ailleurs, que Terminator 3 ne soit pas un "film d'auteur" ne l'empêche pas d'être un bon film :p (mais c'est un autre débat)

Gersende a dit…

Gerbille bleue !

*j'aime quand nos échanges sont aussi constructifs et que je dis n'importe quoi parce que je n'ai pas le courage d'assumer le fait que j'avais mal lu ta prose...*

Blog l'éponge a dit…

Gerbille bleue ? GERBILLE BLEUE ?

Poésie de la langouste !