dimanche 17 février 2008

CINE : SWEENEY TODD



Freaks, vengeance gore, cannibalisme, tragicomédie, Angleterre victorienne... Si violent, tordu et sans concessions qu'on se demande encore (et Tim Burton aussi) comment un studio a pu accepter de le financer, Sweeney Todd s'avère pourtant ruiné par sa mise en scène. A l'exception de quelques séquences de Sleepy Hollow, Burton n'a jamais été à l'aise avec l'action, le mouvement. La singularité du réalisateur réside dans ses univers et ses personnages, rarement dans la manière qu'il a de les montrer. Il est, en somme, davantage illustrateur que cinéaste. Un problème évident pour une comédie musicale comme Sweeney Todd. Et en effet, ici, les cadrages, la composition des plans, les chorégraphies... sont fades, faibles voire hideux. N'importe quel tâcheron hollywoodien aurait pu tourner le film, et personne ne s'en serait rendu compte. Sweeney Todd met un temps fou à déployer ne serait-ce qu'un léger souffle formel, et lorsqu'il y parvient, il s'arrête -sur l'un des plans les plus puissants de la carrière de Burton tout de même. Quel gâchis.

2 commentaires:

Daner a dit…

Bon, ben pas sur que j'aille le voir en fait... Et J. Deep? Il parait quand même qu'il est excellent...

Blog l'éponge a dit…

Ouais il y a deux trois plans pas mal, deux trois moments bien vus (le concours de rasage) et Depp assure mais ça fait pas un film. En plus les musiques sont assez atroces de pompiérisme et les paroles souvent redondantes par rapport à l'action, on se croirait presque dans les pires heures de la BD franco-belge ("Oh Milou, ce train nous fonce dessus", dit-il tandis que l'image montre un train lui fonçant dessus). Nan vraiment je n'aime pas ce film et tout ce qu'il me donne envie de faire c'est de regarder à nouveau ce chef-d'oeuvre absolu qu'est Batman Returns (avec des scènes d'action toutes moisies à la Burton mais les plus beaux personnages et atmosphères du monde donc on s'en fout).